Ces grandes voyageuses qui ont marqué l'Histoire

Les noms d’Amelia Earhart et Alexandra David-Néel vous disent quelque chose ? Elles font partie de ces célèbres exploratrices et pionnières du voyage féminin. Vagabond vous fait découvrir quelques-unes des grandes voyageuses qui ont marqué l’Histoire par leur intrépidité et leur sens de l’aventure.

Jeanne Barret (1740-1807) : la première femme à faire le tour du monde

Jeanne_Barret.jpg

Née dans un petit village de Bourgogne, Jeanne Barret devient, à 22 ans, gouvernante chez le botaniste Philibert Commerson, qui devint son mentor. Nommé botaniste roi Loui XVI, Commerson doit réaliser un voyage autour du monde avec Monsieur de Bougainville. Jeanne souhaite l’accompagner, mais les femmes n’avaient alors pas le droit d’embarquer sur des navires de la Marine Royale, et cela depuis 1689. Mais Jeanne se déguise en homme et embarque en 1766, sous le nom de “Jean Baré”, se faisant passer pour le valet de Philibert Commerson. Même si le subterfuge est ensuite dévoilé, elle est tout de même autorisée à poursuivre son voyage, jusqu’à l'Île Maurice. Jeanne Barret devient ainsi la première femme à faire entièrement le tour du monde.



Nellie Bly (1864-1922) : la première femme à faire le tour du monde en 72 jours

Nellie_Bly.jpg

De son vrai nom Elizabeth Jane Cochrane, cette voyageuse américaine était à l’origine journaliste d’investigation travaillant au journal New York World. Orpheline de naissance, elle réussit, grâce à son talent littéraire, à se faire une place dans ce monde très masculin. Elle réalise par ailleurs de nombreux reportages en immersion, notamment dans un hôpital psychiatrique en simulant la folie, ou en infiltrant l’entourage du narco-trafiquant Edward Phelps. En 1889, elle démarre un tour du monde, dans l’idée folle de faire battre Le Tour du monde en 80 jours de Philéas Fogg, dans le roman de Jules Verne. Elle traverse l’Europe (où elle rencontra d’ailleurs Jules Vernes), Singapour, Yokohama, Hong Kong... Elle termina bien son voyage en 72 jours, et relata son histoire dans un livre Le Tour du monde en 72 jours, un best-seller.

Découvrez son parcours dans notre podcast dédié à ce personnage haut en couleurs :

Annie Londonderry (1870-1947) : la première femme à faire le tour du monde à vélo

Annielondonderry.jpg

De son vrai nom Annie Cohen Kopchovsky, cette voyageuse intrépide, originaire de Lettonie (elle grandit aux Etats-Unis), qui n’avait jamais fait de vélo, se donne pour objectif fou de pédaler à travers le monde pendant 15 mois, mais aussi de gagner 5 000 dollars durant son périple. Elle souhaitait prouver que les femmes pouvaient subvenir seules à leurs besoins. Elle se fit sponsoriser par la compagnie des eaux Londonderry Lithia, d’où son surnom “Miss Londonderry”. Elle pédala d’abord de Boston à New York, puis embarqua dans un bateau à destination du Havre. Elle se rendit ensuite à Marseille, puis à Alexandrie, Colombo, Singapour, Saigon, Hong Kong, Shanghai, Nagasaki, en voyageant occasionnellement en bateau à vapeur. Pour récolter la somme qu’elle s’était fixée, elle profite de sa célébrité naissante pour vendre ses portraits, organiser des apparitions payantes, et vendre des espaces publicitaires. Elle arrive à Boston en septembre 1895, relevant ainsi son défi haut la main.

Alexandra David-Néel (1868-1969) : la première Européenne à entrer à Lhassa

Alexandria_David-Neel.gif

Alexandra David-Néel était une célèbre exploratrice franco-belge. Elle quitta la France pour entamer un long périple qui commencera en Inde, et se poursuivra à travers toute l’Asie. La jeune femme, qui était fascinée depuis toujours par les cultures d’Orient, se convertit au bouddhisme à 21 ans, apprit le sanscrit et le tibétain, pratiqua le yogi, effectua un pèlerinage au Népal sur les pas de Bouddha, et une retraite spirituelle en Inde, dans une caverne à 4 000 mètres d’altitude. Elle rencontra de nombreuses personnalités tibétaines, et notamment le 13ème Dalaï Lama, avec qui elle se lia d’amitié. Alexandra est surtout connue pour son exploit de 1924 : elle est la première Européenne à être entrée dans Lhassa, capitale du Tibet interdite aux étrangers. Pour passer incognito, elle se déguisera en mendiante durant tout son périple.


Amelia Earhart (1897- disparue en 1937) : la première femme  à traverser l’Atlantique en avion en solitaire

Amelia_Earhart.jpg

Cette célèbre pilote américaine était à l’origine infirmière et assistante sociale. Contre l’avis de sa famille, elle se paya des leçons d’aviation pour ensuite acheter son propre avion. Elle fut d’abord la première femme à battre le record d’altitude pour une femme, en volant jusqu’à 4 300 mètres. En 1932, elle devint ensuite la première femme à traverser l’Atlantique en avion. Par la suite, elle se donne pour défi de réaliser un tour du monde en avion. Elle le commence en 1937, accompagnée du navigateur Frederick J. Noonan, en partant de Californie, survolant le continent américain, jusqu’aux Caraïbes. Ils se dirigent ensuite vers l’Afrique, de Dakar à la Somalie, puis l’Inde, l’Indonésie. Faisant escale sur l’île de Java, ils repartent ensuite en direction de l’Australie, mais leur avion disparut au-dessus de l’Océan Pacifique, et ne fut jamais retrouvé. La raison de la disparition d’Amelia Earhart reste, aujourd’hui encore, inexpliquée.

DÉCOUVREZ D’AUTRES CONTENUS SUR LE Voyage féminin