Comment voyager de manière écolo ?

Voyage et écologie ne font pas toujours bon ménage. L’industrie du tourisme représenterait, en effet, 8% des émissions de gaz à effet de serre en 2018, selon l’Organisation mondiale du Tourisme. Et pourtant, il existe de nombreuses solutions pour réduire son empreinte carbone tout en voyageant. Vagabond vous fait part de quelques réflexes écolos à adopter pendant vos voyages.

Choisissez bien votre mode de transport

train-travel

L’avion est sans doute le moyen de transport le moins écologique, car il dégage le plus de carbone (environ 285g de CO2 par personne et par kilomètre). Un bus en revanche, en dégage quatre fois moins. Quant au train, il en dégagerait 20 fois moins !

Vous l’aurez compris, si vous voulez voyager de manière écologique, le mieux est de voyager en train, voire en bus. Et si vous choisissez la voiture, optez de préférence pour le covoiturage, à la fois économique et écologique. Parmi les autres modes de transports très écologiques, la marche et le vélo arrivent bien sûr en tête, car ils ne dégagent aucun CO2. Le voilier ou le cargo sont également de très bonnes solutions si vous avez l’esprit aventureux !

Une fois sur place, essayez d’éviter les taxis et les Uber (sauf si vous vous trouvez dans un pays où cela est recommandé par mesures de sécurité), et préférez les transports en commun : métros, bus locaux, location de vélo, voire la marche à pied dans l’idéal.

Faites attention à vos déchets

Que ce soit au sommet d’une montagne ou sur une plage paradisiaque, il est important de ne rien jeter, même des déchets dégradables. En effet, cela dégrade le paysage et incite d’autres touristes à jeter eux aussi leurs déchets, et cela pour une longue période, sachant qu’une peau de banane va mettre 10 mois à se décomposer… L’idéal est d’emporter partout avec vous de petits sacs en papier pour vos déchets. Et pour éviter l’utilisation de couverts en plastiques, ou de pailles, le mieux est d’emmener un Tupperware et une paille en ions. De cette façon, si vous mangez dans un marché local ou de la street food, vous n’aurez qu’à demander au vendeur de vous remplir votre gamelle.

Faites attention à ce que vous consommez

fruit-market

L’écologie passe aussi par de bonnes habitudes de consommation et d’alimentation. Saviez-vous que produire la viande pour un hamburger reviendrait à prendre 25 douches ? C’est en effet la consommation de viande qui est l’un des facteurs les plus polluants aujourd’hui. Alors, pourquoi ne pas être végétarien, voire carrément vegan le temps de votre voyage ? Évitez aussi certains produits comme des aliments contenant de l’huile de palme. Evitez les grandes chaînes et les fast food, et mangez local le plus possible. Vous pouvez par exemple acheter sur le marché, des fruits et légumes. Evitez les produits importés, et limitez votre consommation de produits laitiers.


Emportez des accessoires écolos

Eh oui, la démarche écologique commence même avant le départ ! Pour simplifier les gestes écologiques, voici une liste de quelques accessoires que nous vous recommandons d’emporter :

  • Un sac réutilisable : type Tote bag, cela sera utile pour vos achats, et vous évitera d’avoir à utiliser des sacs plastiques.

  • Une gourde : pour éviter d’avoir à acheter des bouteilles en plastiques. Et si l’eau n’est pas potable dans le pays où vous allez, sachez qu’il existe des bouteilles qui filtrent l’eau, et que vous pourrez donc remplir n’importe où, et boire votre eau en toute confiance.

  • Un sac Scrubba pour laver le linge : pour éviter d’utiliser trop d’eau au moment de laver votre linge, pensez à emporter un petit sac pour brasser le linge.

  • Du shampooing et du savon biologique, comme le savon naturel solide du Dr. Bronner’s

  • Une brosse à dents en bambou ou à tête interchangeable

  • Du déodorant solide

  • Une petite batterie solaire pour recharger vos appareils, surtout si vous prévoyez des campings ou longues excursions.

  • Utilisez du lait solaire plutôt que de l’huile, car celle-ci se dissout dans l’eau, formant un écran à la surface qui va ralentir la photosynthèse des végétaux sous-marins.

  • Des couverts et ustensiles réutilisables, voire une paille en métal si besoin.

  • Des marques de vêtements éthiques et écologiques

Choisissez bien votre hébergement

Concernant le logement, essayez d’éviter les hôtels de luxe et les chaînes hôtelières de manière générale. Privilégiez les petits établissements locaux, les auberges de jeunesse, ou encore le couchsurfing, idéal car il vous permet de limiter vos consommations d’énergie.

Respectez la nature

Durant vos voyages, soyez respectueux de l’environnement : ne prélevez pas la flore qui vous entoure, et évitez de toucher et de donner à manger aux animaux que vous rencontrez. Enfin, empruntez les sentiers tracés et ne coupez pas à travers champs.

Choisissez bien votre type de voyage

Adopter une démarche écologique en voyage va aussi beaucoup dépendre du type de voyageur que vous êtes. Vous pouvez choisir de voyager en faisant un geste pour la planète, par exemple en travaillant dans une ONG, une ferme écologique ou un refuge en échange d’un logement. Et si vous partez avec une agence de voyage, privilégiez un organisme axé sur le voyage éco-responsable. De plus, avant de visiter un parc animalier, ou de faire une excursion, renseignez-vous bien sur l’organisme et n’hésitez pas à poser des questions aux établissements pour savoir s’ils adoptent une démarche écologique, respectueuse des animaux et de l’environnement. Sachez aussi que dans certains pays, vous pouvez faire de la plongée sous-marine en échange de votre aide pour nettoyer les fonds marins. Cela vous permet de plonger gratuitement tout en faisant un geste pour la planète.

Compensez vos émissions de gaz à effet de serre

Et si vous n’avez pas pu suivre ces démarches écolos pendant vos voyages, vous avez toujours la possibilité de compenser vos émissions de gaz à effet de serre autrement, une fois rentré.e, en recyclant, en vous déplaçant à pied, en réduisant votre consommation d’eau et d’électricité par exemple. Vous pouvez calculer la quantité de gaz à effet de serre émis par votre mode de transport sur le site Myclimate ou Climatmundi.